La conquête caféière de l’Europe

La conquête caféière de l’Europe

Depuis ses collines éthiopiennes, le caféier a conquit le reste du monde en passant par les terre de l’Arabie et les montagnes du Yémen, puis l’empire Ottoman et la planète toute entière à travers l’Europe.

Le destin planétaire du café

Depuis sa découverte en Éthiopie probablement à la fin de l’ère d’avant Jésus-Christ – fin du premier millénaire, le café n’a cessé de conquérir du terrain et passer d’un continent à l’autre au grès des caravanes et conquêtes des peuples et civilisations. C’est ainsi qu’il a traversé la mer rouge pour passer de son état de plantes arbuste sauvage à celui de culture sur les collines et montagnes des royaumes yéménites. Et de breuvage présent dans toutes les cérémonies et rencontres officielles puis populaires. Le café a pris son envole vers le reste de la planète et vers son destin de plante denrée essentielle dans les plantations au Brésil et dans le reste de l’Amérique latine.

Les premiers grains de café en Europe

L’arrivée du café en Europe fut par la porte de l’empire ottoman qui faisait de l’abreuvage noir que l’on produisait grâce à la torréfaction des grains du café une tradition officielle et populaire. On attribuait au café des vertus nutritives et médicinales et on le servait à tous les hautes et visiteurs en signe de bienvenue et d’hospitalité. Les premiers sacs des grains du café ont débarqué à Venise vers 1615. S’en suit alors d’autres débarquements de sacs de grains de café dans les autres ports européens (Marseille en 1644). Mais le facteur essentiel de la propagation du café en France et partout ailleurs en Europe est celui de la diplomatie et de la politique par la distribution de l’ambassadeur de Turquie du café dans la cour du roi Louis XIV.

De la France le café est passé en Amérique latine

De la France métropolitaine trois plants de café ont été transportés en 1786 par Gabriel de Clieux  en Martinique et ont servi de point de départ d’un tout nouveau destin pour ce petit arbuste des hauteurs éthiopiennes : des plantations un peut partout dans les caraïbe et dans toute l’Amérique latine et une production de plus en plus croissante au point de devenir le premier produit agricole et le deuxième produit mondial à l’échelle de la commercialisation après le pétrole.